Blog du Parti Socialite :

BLOG DE LA SECTION PS DE 

« Gilets jaunes » : le plan à 25 milliards du PS que Macron aurait pu choisir

A l’Assemblée nationale, Olivier Faure présente sa contre-proposition pour sortir de la crise, un plan à 25 milliards d’euros.

« Les Français se paieront eux-mêmes leurs augmentations de pouvoir d’achat », a dénoncé Oliver Faure à l’Assemblée nationale, ce mardi 11 décembre.

Depuis l’Hémicycle où le Premier ministre assurait le service après-vente des mesures présentées la veille par Emmanuel Macron, le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, a rappelé le plan de son parti pour sortir de la crise des « gilets jaunes ».

« Il y avait un autre choix », a martelé le député socialiste de Seine-et-Marne, « celui de la justice fiscale. »

Il a détaillé ce contre-projet de 25 milliards d’euros, « mobilisables immédiatement », avec 5 milliards en rétablissant l’ISF et 20 milliards en renonçant au doublement du CICE. Une proposition totalement ignorée par Emmanuel Macron et Edouard Philippe.

Pour Olivier Faure, les annonces du chef de l’Etat montrent que « le nouveau monde, c’est ‘retour vers le futur' », ajoutant que le gouvernement doit satisfaire l’opposition de droite avec des mesures « Made in Nicolas Sarkozy ».

« Il fallait que tout change pour que rien ne change », a-t-il lancé, « le CAC 40 peut dormir tranquille. »

Le socialiste estime que le gouvernement a manqué l’occasion de « réconcilier les Français, de recréer de l’unité », avec un plan qui aurait pu fédérer autour de lui.

Depuis dimanche, il demande à ce que l’exécutif instaure une « négociation », sur le modèle d’un Grenelle, pour répondre à la crise des « gilets jaunes », plutôt qu’une « concertation, c’est-à-dire un grand blabla décentralisé » à ses yeux. « Il faut rétablir un dialogue structuré », a-t-il plaidé.

« Pour cela, il ne faut pas une concertation, c’est-à-dire un grand blabla décentralisé. Mais il faut une négociation, avec un agenda, des thèmes », a-t-il poursuivi, au lendemain de l’acte IV de la mobilisation des « gilets jaunes ».

Commentaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *